185 : Πελοπόννησος (3)

Lakonie : belles montagnes, beaux rivages et Monemvasia

Quittant Nauplie nous partons vers le sud en longeant la superbe côte est de la Lakonie. Le temps est au beau fixe.
La route domine cette côte escarpée, tantôt proche de la mer, tantôt remontant dans la montagne. Nous poussons ainsi jusqu'au petit port de Plaka où la grande plage de galets nous accueille pour le pic-nic et une baignade dans une eau à température idéale. Après un "frappé" chez "Michel et Margarette", rescapés des idylliques années 70, nous partons dans la montagne pour rejoindre Monemvasia.


Car le Péloponnése est une région très montagneuse, certains sommets dépassant les 2000 m. Les routes, bien qu'en bon état, ne sont pas très faciles, souvent étroites et très sinueuses. Mais que de beaux paysages !
Ici les bruyères sont en fleur et une ondée passagère fait scintiller la végétation dès que le soleil est revenu. Nous faisons halte dans un monastère perché en nid d'aigle sur une falaise. Dans un environnement pareil, on veut bien se faire moine ou nonette, et même pope, pourquoi pas !


La fin du trajet descend en pente douce à travers les milliers d'oliviers, jusqu'à Monemvasia, cachée derrière son rocher.


Monemvasia a peu changé dans l'ensemble. Les restaurations des vieilles maisons ont bien avancé et le résultat est vraiment beau et soigné. On regrette quelques bars branchés et bruyants et quelques magasins d'"artisanat" mais on a connu nettement pire dans quantité d'autres "beaux villages" de France ou d'ailleurs ! Il reste beaucoup de maisons à retaper et partout des groupes de maçons sont au travail. Nous déambulons dans ses ruelles toute la fin d'après-midi.

La même ou presque, en 1982 :


Et le lendemain matin c'est grimpette jusqu'au sommet de la citadelle qui coiffe le rocher.


Nous reprenons la voiture pour longer la côte vers le nord, par de petites routes peu fréquentées. Cette côte est particulièrement découpée et sauvage, de petits ports sont blottis au fond d'anses parfois reliées à la mer par un long et étroit chenal comme à Limani.


On remonte ainsi jusqu'à Paralia où c'est à nouveau baignade et repos sur un plage déserte.


Puis nous coupons à travers la péninsule mauve de bruyères pour rejoindre Gytheio, au fond du golfe de Lakonie, où nous ferons étape (médiocre au demeurant, mon souvenir en était meilleur).


7 commentaires:

Ju a dit…

un doute : es-tu sûr de tes toponymes? "limani" veut dire "port" et "paralia" veut dire "plage". C'est pas pour faire Raymond la Science mais pour expier ma faute, j'ai séché le grec aujourd'hui!

Clo a dit…

Rhooo, ce bateau, décidément, je l'adore :)

cat a dit…

je fus laconique en Lakonie!

roch a dit…

Ju : c'est bien les noms du petit port de Limani et du port de Paralia ou on trouve cette belle plage !
Merci de ces précisions d'helléniste distinguée.

philippe-le-bel(ge) a dit…

whauchie q'sei beau !

roch a dit…

Vérification faite, ce Limani-ci s'appelle en réalité Limani Geraki, à côté du village de Gerakas.

Maman a dit…

tes photos sontà la fois denses et lumineuses. Vous avez fait un bien beau voyage. Quand nous avons traversé la canal de Corinthe, j'avais l'impression qu'en étendant les bras je pourrais toucher les parois, pourtant le bateau et moi n'étions pas grands !